L’entrepreunariat et le chemin de St Jacques : 5 jours racontés en 5 points

Quel rapport entre le chemin de St Jacques et l’entrepreunariat ? Quelles similitudes et quels points de rencontre entre ces deux voies ? Qu’est-ce qui nous pousse à nous lancer sur une route totalement nouvelle, parsemée d’inattendus ?

Je répondrai que dans mon cas, l’entrepreunariat était la seule issue possible. L’innovation, le sens de l’action,  la collaboration, la construction d’un cadre répondaient à mes besoins profonds.

Et Compostelle, c’est en définitif, depuis environ 20 ans, une de ces choses dont on se dit qu’elle est magique et qu’un jour viendra où l’on s’y adonnera. Les premiers pèlerins rencontrés étaient néo-zélandais. Vingt ans plus tard, me voici sur le chemin sans trop savoir pourquoi et avec la ferme conviction qu’il n’y a qu’à mettre un pied devant l’autre, regarder devant et tout autour et se mettre en action pour découvrir…

Nous avons retenu cinq éléments déterminant dans notre parcours, cinq idées qui vous seront peut-être familières ?

Le mouvement

Le mouvement est essentiel dans nos vies, il remue (ses origines latines), il bouge, il transporte, sa polysémie est impressionnante tant il est à la source de ce qui est ou en devenir.

Le mouvement de la marche met tout notre corps en éveil, nos sens et notre créativité peuvent s’exprimer. Steve Jobs, roi de l’innovation portait le mouvement comme ingrédient créatif.

Entrepreneur, nous sommes pris dans ce mouvement, il nous emporte, nous fait avancer.

Compostelle force le mouvement, les paysages se modifient, ce qui est derrière est loin derrière et ce qui est devant c’est ce qui nous conduit à faire corps avec le présent. La réjouissance, la gratitude que l’on tient de ce mouvement, de nos objectifs quotidiens nous nourrit et nous galvanise. Agissant, acteur, créateur, le marcheur forme sa vie dans ses pas.

Le voyage

Compostelle, c’est également une tranche de voyage, d’inconnus, on se dirige vers quelque chose. Prochaine étape, lieu en particulier ou simplement voyage en soi, chacun vit son chemin à sa guise. Le voyage entrepreunarial est également une curiosité, il nous emporte loin, nous remet en question, nous amène à nous découvrir, et nous fait nous surpasser pour ce auquel nous croyons.

La liberté est également notre maison, sur le chemin, nous vivons en apesanteur en dehors des contraintes habituelles, détachés mais fermement ancrés dans le monde et dans les relations, joyaux de notre monde…

La bienveillance

Première soirée, j’entends Jérémy dire « avant je ne croyais plus vraiment dans les gens, mais le chemin m’a montré qu’il y avait de la bienveillance ». Je ne relève pas tout de suite l’importance de cette phrase, et réalise plus tard que sur le chemin, non seulement chacun.e se montre bienveillant mais chacun.e fait rayonner ce cercle de bienveillance dans leur vie hors chemin. Ainsi, nous animons notre quotidien de relations humaines présentes au moment, attentives et aima

ntes. Pour une entreprise d’économie sociale et solidaire, la bienveillance et l’attention portées à l’autre sont les intentions premières de l’action.

L’adaptation

 

S’accorder avec des réalités mouvantes, des lieux différents, des personnes, des cultures et des langues différentes, chaque jour l’on plonge dans la nouveauté. Les repères se déplacent et nous forcent à réapprendre autrement : écoute, échange & agilité. Cette capacité à s’adapter est intensément développée, elle nous amène à comprendre et à agir, comme si notre vie, quelque part, en dépendait … un peu comme l’entrepreneur qui se réinvente et s’adapte continuellement.

La boussole intérieure


Compostelle nous fait cheminer vers un but, pour chacun, différent. Le chemin questionne, parle et indique à notre boussole intérieure pourquoi et comment se diriger. A chaque question posée, le chemin propose et notre boussole se met à pointer la direction choisie. Détermination et curiosité guident nos pas et nous confirment dans ce que nous sommes : de solides voyageurs des chemins quels qu’ils soient. Vive Compostelle ! Vive l’entrepreunariat !

 

Audrey Lachaud, fondatrice Food&CookLab, une route de saveurs !

2 commentaires sur « L’entrepreunariat et le chemin de St Jacques : 5 jours racontés en 5 points »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.